Fana de tricot

Fana de tricot

Histoire de Césarine Facciotti


HISTOIRE de CESARINE, ma grand-mère







                                                             HISTOIRE      DE      CESARINE

                       

                                                                      1882     1958            

                 

                                                 

                                                IMG_2281.JPG

                             

     

 

                                                                                                  notre grand-mère chérie                            

 

 

                                                                                                                               Par  Dédette  Août 2014

 

                                                                    C E S A R I N E

 

                        Grand'mère Metzi, Grand'mère, Mémé Aquine, Mémé, Madame Paul,

tous ces vocables désignent notre grand'mère maternelle Césarine METZI, née FACCIOTTI .

Issue d'un couple de descendants d’expatriés, Joseph FACCIOTTI, son père, né à Aïn-Sultan     (Algérie ) le 19 Novembre 1865 ( famille originaire de TURIN ( Italie ), et Madeleine SCHOWB, sa mère, née à Aïn-Sultan ( Algérie ) le 25 Octobre 1859, elle-même, fille de SCHWOB Thiébaud  originaire de  ALTKIRCH ( Alsace ) et FERRALY Marie. Mariage le 31 Décembre 1877 à Aïn-Sultan

                       

             Ancêtres FACCIOTTI.jpg

 

 

Leurs parents étaient venus dans cette Algérie, «  la Terre Promise », pour fuir soit la misère, soit l'envahisseur allemand et construire un avenir pour la famille  qu'ils fonderaient.

            Du mariage de Joseph Faccitotti et Madeleine Schwob  naquirent 17 enfants dont 6 seulement survécurent.

Ils mirent en valeur plusieurs lopins de terre puis créèrent des usines de crin végétal, les affaires prospérant au cours des ans, ils se trouvèrent à la tête de plusieurs exploitations dans la plaine de la Mitidja avec à MEURAD, une grandiose maison, de style mauresque, «  le  Chateau MARGUERITE », œuvre d'un architecte célèbre. Chaque fils avait sa propre propriété agricole                                                                     FACCIOTTI  à MEURAD.jpg
               Césarine fut leur première née en 1882 à GASTU . Suivirent seize enfants, dont six seulement survécurent aux conditions désastreuses de leur installation : Césarine, Georges, César, Léon, Aimé et Léa, la petite dernière, et Césarine vit mourir dans ses bras une petite sœur nouvelle-née.Famille FACCIOTTI.jpg

            Puis à la suite de placements financiers désastreux, victime d'escrocs, la famille se trouva ruinée. Il fallut repartir courageusement exploiter une nouvelle propriété louée à Douéra. Plus tard une partie des enfants décidèrent  de s’implanter dans le Constantinois

Césarine nous racontait leurs trajets à l'école, où pour résister au froid et assurer leur repas de midi leur mère mettait dans les poches de manteaux des pommes de terre toutes chaudes, cuites sous la     cendre  .                                       

 La vie était rude, tout le monde aidait à la ferme.

                       Césarine eut cependant une bonne instruction pour l'époque, elle avait une belle écriture et une bonne orthographe.

            Les distractions étaient rares, essentiellement les fêtes de village, fêtes saisonnières, après la moisson, les vendanges, les réunions pour les mariages qui duraient souvent quatre jours, autour des tables largement garnies de menus aussi variés que les origines de tous ces «colons », Italiens, Alsaciens, Provençaux, Espagnols, Maltais, sans oublier les emprunts à la cuisine locale, couscous tajine, brochettes, agneau cuit à la broche sur les braises de sarments, et toutes les pâtisseries au miel.                                 

Ces demoiselles préparaient leurs trousseaux aux pièces innombrables, chemises de jour, chemises de nuit, cache-corsets, jupons, camisoles, par douzaines, services de table, literies, dans une toile inusable et enjolivées des plus fines broderies.

            Leur éducation culinaire était aussi parfaite, le moindre plat, la moindre pâtisserie n'avaient pas de secret pour elles, recettes des mères, grands-mères, belles mères de tous les coins d'Europe.

            Elles étaient pour la plupart des femmes au foyer, ménagères parfaites et participaient aux travaux de la ferme. 

  Les quatre frères furent appelés sous les drapeaux pendant la guerre de 14 / 18                                                  

                    

        

 Léon et Georges .jpg                  Aimé .jpg                   Constant .jpg
           Léon et Georges                                               Aimé                                             Constant      

 

Les rares photos de ma Grand'mère dans les années 1900, nous montrent une jeune fille, de belle stature, à la taille si mince qu'elle pouvait croiser les bras et joindre les mains dans son dos, une

belle chevelure châtain opulente, des yeux clairs ( de chat disait-elle, car elle ne les aimait pas ).

 Elle fut courtisée, les bals favorisant les rencontres, elle n'était pas la dernière pour s'élancer dans un «  quadrille «  des Lanciers », une polka ou une mazurka, qu'elle chantait encore à la fin de sa vie.

            Elle eut un fiancé, assez fortuné pour lui offrir un Gramophone à la pointe du progrès, avec des rouleaux en cire, la robe de mariée était déjà prête , mais elle refusa de l'épouser, elle ne m'en confia jamais la raison. (pour la petite histoire, elle lui rendit le gramophone et la bague ).

 

                     Image Léa.jpg

                              Léa, son élégante soeur

                                                                                     A la mode 1900
                                                                                                       C en pied .jpg                                                                                                       

 

Elle jouait de la mandoline, instrument qu’elle conserva toute sa vie, mais dont je ne l’entendis jamais jouer.                                      

                                                    

            Puis dans un cortège de mariage, jeune et jolie demoiselle d'honneur, elle eut un cavalier, Paul Metzi, mais ce ne fut pas le coup de foudre, les gosses s'amusaient à la faire rager en l'appelant Madame Paul.

            Et, finalement, quelques années plus tard, c'est lui qu'elle épousa.

           

 

                                       Famille Metzi .jpg

 

 

Paul était le fils de Michel Paul METZI, un maltais presque illettré, venu avec quelques chèvres, fuyant la grande misère de son ile, de son vrai nom MIZZI  (qu'il ne sut pas épeler à la police ) , et de Baptistine  BONIFACE, originaire de St Paul de Vence.

            M.Paul et sa femme eurent aussi de nombreux enfants, dont survécurent  Louis, Pauline,

Adrien, Paul,….. (,assis devant)

Leur vie fut celle de tous ces émigrés venus coloniser une terre ingrate, mourant de la peste, de la misère et surtout du paludisme en grand nombre, du fait des marécages qu'ils asséchèrent

péniblement, avec les maigres moyens mis à leur disposition par une administration indifférente à leur  sort.

 Ils se fixèrent à Duperré, au Sud d'Alger, qui fut relié à la capitale par la construction de la ligne de chemin de fer. C'était un petit village de «  colonisation » , créé par l'armée, une grand'rue rassemblant les commerces de toutes les ethnies, les épiceries arabes, les boulangers, le boucher français, le quincailler M LEFAL, la couturière, Mme BITOUN, et la mercerie juives, une école française où l'on enseignait l'arabe parlé et écrit,  une école coranique d'où sortaient les mélopées du Coran chantées à tue-tête sans relâche, et une grande place plantée d'eucalyptus, face à face la Mairie et l'Eglise, et près de la maison des grands-parents la villa de l'Administrateur, avec ses beaux jardins clôturés de grandes grilles, dont la femme nous invitait quelques fois à un goûter.

            Césarine et Paul s'installèrent à Duperré sur une terre héritée de Michel Paul, après un partage issu d'un tirage au sort entre tous les enfants. Paul n'eut pas la main heureuse car son lot comportait des terrains mal placés, soumis aux intempéries, régulièrement inondés par la crue du Cheliff, l'oued voisin, visités et dévastés par les sauterelles affamées, d'autre part, les bâtiments agricoles furent plusieurs fois entièrement anéantis par des incendies ( les assurances n'existaient pas encore) et les troupeaux atteints par les fréquentes épizooties

            Paul avait un caractère très renfermé, bourru, devenu sourd avec l'âge, je me souviens de lui, trapu, revêtu de sa grosse veste en velours à côtes marron, pantalon de même, resserré dans une large ceinture de flanelle, et chaussé de hautes bottines qu'il laçait minutieusement chaque matin, le pied sur un tabouret, tout en marmonnant dans sa barbe, un chapeau informe sur la tête, et le soir, assis sur petite chaise de paille, bourrant sa pipe d'un tabac sorti d'une vieille blague en cuir ou épluchant les petits pois  tout frais cueillis du jardin.

 

 
      PAUL METZI .jpg                                                   Grd'père.jpg

                            

                                                                                                                              ( Paul à la fin de sa vie )

      

        Césarine, l'esprit ouvert, mais secrète et très discrète, ne fréquentait guère les commères du village. Avec ses robes longues foncées, protégées par un tablier en chintz gris ou noir à petites fleurs, son gros chignon renforcé pas des peignettes pour retenir ses cheveux si fins, elle incarnait pour nous « LA » Grand 'mère idéale.       

            Paul était un bricoleur habile et infatigable. Il avait installé dans un hangar une forge, dont j’aimais activer le soufflet tout en regardant Grand-père mettre en forme un fer à cheval à grands coups de masse qui soulevaient des gerbes d’étincelles, un atelier de bourrellerie. En outre, il était le spécialiste de la préparation de la charcuterie du cochon tué annuellement. C'est lui que tous les autres fermiers appelaient pour leur propre cochon. Cette opération donnant lieu à de grands repas communaux.

           

                       L'exploitation consistait en terres céréalières, des vignes, des cultures vivrières, fruitières, élevage de porcs, et dans l'étable deux ou trois vaches, deux bœufs et deux chevaux pour les labours, et toute la basse-cour.

            Il avait investi dans des machines agricoles, moissonneuse-batteuse-lieuse, qu'il louait aux autres exploitants.

            Chacune de ces réunions était prétexte encore à des repas conviviaux servis sous les arbres sur des tréteaux derrière la maison. Chaque villageoise portait ses spécialités, mais Grand'mère les surpassait toutes .

            Mémé, devenue définitivement, à son grand dam, pour son entourage « Madame Paul », s'occupait des poules, des lapins, des pigeons, des conserves, des confitures, de tous les laitages, beurre, fromages, des ruches et du miel, et surtout du règlement des fréquents litiges avec les ouvriers agricoles, sans oublier un ouvrage toujours en cours.

            Elle avait pour tout équipement ménager, une «  paillasse », grande surface de tomettes, percée d'un trou avec une grille, sous laquelle chauffaient des braises, et qu'elle recouvrait d'une espèce de coffre métallique qui servait de four. Quand, plus tard, vint la gazinière, elle ne l'utilisa jamais. Il y avait une glacière, dont les pains de glace étaient livrés quotidiennement.

           

           Abonnés au « Chasseur français », ils faisaient la plupart de leurs achats par correspondance,

et des marchands ambulants venaient régulièrement présenter les articles à la dernière mode, avec un système de vente aux enchères descendantes.

            Elle s'occupait aussi de la santé des ouvriers, de leurs femmes et des nombreux enfants.

            Paul et Césarine eurent deux filles, Germaine née en 1904 et Denise née le 13 Août 1908.

 

                                                                                                                        

                          Ecole Image.jpg

                              

                            Ecole communale à Duperré – N.B. quelques petites musulmanes

 

Les bons élèves partaient suivre le cours supérieur à Alger, en pension avec seul retour chez les parents aux vacances scolaires.

                 IMG_2521.JPG                                   Denise .jpg

                                                     
                         

Germaine, l’ainée était une sportive, elle chevauchait à cru les canassons de la ferme, menait la charrette des mules sur le chemin des champs éloignés, participait à tous les travaux agricoles et aimait tellement cette vie qu'à la fin de sa scolarité, elle  décida de vivre à la ferme.

           

 

     Mais deux ou trois ans plus tard, elle comprit qu'elle pouvait faire autre chose, et reprit des études supérieures à la faculté d'Alger, en se spécialisant dans la langue arabe, avec un tel succès qu'elle fut la première Française à en obtenir l'agrégation.

            Elle épousa, à la fin de ses études, après cinq ans d'attente, un viticulteur Henri LAGET, homme très placide, exact contrepoint de la super active Germaine.

            Elle professa toute sa vie et même après l'indépendance de l'Algérie, requise par les autorités pour assurer ce poste encore vacant. Ils eurent, en 1935, une fille Germaine, dénommée Mémaine, future pharmacienne, ma camarade de jeux préférée.  

                                              
                                                           Germaine Image.jpg

 

            Denise, quant à elle, après les cycles au Lycée d'Alger, onze années de pension, et obtention du Certificat d'Etudes Supérieures, devint plus modestement institutrice.

                         Mais elle n'exerça pas longtemps car elle rencontra un beau blond aux yeux bleus, à peine plus âgé qu'elle, Roland BOUSSER, qui réussit par son empressement et sa détermination à  

obtenir la main de  sa bien-aimée                    

 

                                                        A la veille de leur mariage en 1927                            

                                         

          
                        Roland Image 2 .jpg            Image Denise .jpg



                      

Ses filles parties, Césarine continua sa vie de fermière villageoise, véritable abeille ouvrière infatigable,  et plus tard de grand'mère avec l'arrivée des petites-filles

 

 Pour commencer, l'ainée de Denise et Roland, Michelle, dite Michette, née le 14 Juin 1929, qui fut, pendant toute sa petite enfance, la reine de la ferme, son petit paradis. A elle, l'escalade des bottes de foin, la quête des œufs et des poussins, l'étonnement à la naissance des petits lapins                                                           

                                                                                                 Image.jpg
                   Image (2).jpg

 

Elle accompagnait Mémé dans toutes ses activités, laquelle « invitait » moyennant quelques piécettes les fillettes musulmanes du quartier à venir jouer sous ses ordres impératifs.                                       

 

 

                                                 

                La rose 2 image jpg.jpg                               les deux soeurs.2 jpg.jpg


 

Ensuite, vint, le 31 Août 1932, une petite sœur Claude, rebaptisée Dédette, bébé très sage, qui ne

tenait alors pas beaucoup de place, mais avec laquelle il fallut partager à la longue les merveilles de Duperré.

 Promenade Image.jpg  Promenade à Notre-Dame d'Afrique

 

                                                         Duperré Image (3 ).jpg

 

 

                                                          Devenues petites filles, nous revenions régulièrement à Duperré, passer les vacances scolaires d'été ou d'hiver,

permettant ainsi à Maman de se reposer.                                      

 

 

                                                                       

 Duperré Image.jpg                                Aux anges .jpg                         

          Communion à Duperré

 ( Michette est la plus grande au milieu

 devant, et moi petit ange noir 2° à sa gauche )

 

Chez Germaine et Henri Laget naquit une jolie petite fille Germaine, appelée Mémaine     

 

                   Mémaine et sa poupée

            Mémaine Image.jpg                                        Fillettes Image.jpg

                                                                                                                                                             

 

                                                                                                         Habillées pour une fête musulmane

                               

                                                        

 

De 1936 à 1940, la branche Bousser partit à Paris, du fait de l'ascension de Roland dans sa profession d'assureur à la Cie La Protectrice.Départ 2 .jpg
La guerre fut déclarée, Roland mobilisé, et blessé revint à la vie civile. Nous nous étions réfugiées, ma mère et les deux filles dans un petit village du Sud Ouest, Damiatte, chez une tante de Roland, Papa nous y rejoignit très difficilement, nous y avons passé trois mois  jusqu'à sa guérison.

Il fut alors décidé fin Août, de retourner à Alger, où l'on pouvait espérer encore poursuivre une existence à l'abri et où Roland fut nommé délégué général de sa Cie pour toutes les colonies d'Afrique.

Le 13 Novembre 1941, naquit une nouvelle petite sœur, Josèphe , dite Josée, beau bébé blond , qui révéla rapidement un caractère bien trempé.

                                                                                                      

                     ma plus jolie poupée

        P'tite soeur Image.jpg                                 Bébé Jo.jpg

                                                                                                         

                                                                                               Déjà son beau sourire coquin !                                                                 

                                           

 

      La guerre nous rattrapa en Novembre 1942, avec le débarquement des forces américaines.

Les bombardements sur Alger se faisant de plus en plus rapprochés, on mit les fillettes en sécurité à Duperré, où Grand'mère nous accueillit à bras ouverts.

           

 

       Nous étions en plein trimestre scolaire, j'étais en 6°, et il n'était pas question de nous laisser faire l'école buissonnière, nous avons donc fréquenté la petite école locale, où mon « prestige » de citadine, auprès des gamines françaises, juives ou musulmanes, fut rapidement éclipsé par mon ignorance dans la langue arabe enseignée obligatoirement.,

            Puis le Pensionnat Milly où nous étions scolarisées, organisa un cours par correspondance, et Grand-mère prit en mains la surveillance de notre travail. Je revois la petite table, surmontée de la mandoline suspendue au mur, dans le coin de la salle à manger où je faisais laborieusement mes devoirs.

            La sécurité y étant rétablie, nous avons pu retourner à Alger, reprendre la vie citadine.

 

           Mais les restrictions sévissaient, moins dures qu'en Métropole, mais assez répressives quand même, alors Mémé nous préparait des colis de beurre salé, lait condensé (revendu par les musulmanes à qui il était distribué gratuitement, mais qu'elles ne consommaient pas), des fruits, des légumes, des confitures et toutes sortes de conserves, charcuterie et autres.

            Ces ingrédients, rassemblés dans des valises en osier, étaient transportés par notre grand-père Bousser, retraité  des  C.F.A., chemins de fer algériens, qui habitait à l'ouest du département à Sidi-Bel-Abbès, et venait ainsi régulièrement, passant par Duperré, nous ravitailler.

           

             D'autre part, notre père, ayant des contacts professionnels avec des agents d'assurance de sa compagnie dans les territoires des colonies, organisa un réseau de livraison de produits « exotiques » introuvables chez nous, en particulier du café vert, du chocolat.

            En conséquence, nos goûters ont toujours été copieux. Je me souviens du grilloir pour le café,  c'était un jeu pour  nous de faire tourner la machine et de sentir cette bonne odeur.

       Nous  retournions toujours à Duperré pour les vacances, les fêtes avec tout la famille.         

Pour Noël, c'était somptueux, Mémé avait cuisiné des pâtés, des rôtis, tous les légumes frais ou en conserve de la ferme, des gâteaux plus succulents les uns que les autres, des piles de crêpes.. Nous nous y retrouvions les trois générations de la famille.

            Un immense sapin trônait au milieu de la salle à manger, tout illuminé, chargé des cadeaux

préparés avec amour, mes plus belles poupées en chiffon ...

.           Michette, Dédette et Mémaine interprétaient des saynètes, des poèmes et des chansons.

Il faisait froid, il n'y avait pour tout chauffage que les cheminées dans les pièces principales, et les chaufferettes dans les lits. Mais on était les plus heureux du monde.    

            Je me souviens d'avoir, avec effarement, vu Grand-mère supprimer une heure en faisant effectuer un tour aux aiguilles de la pendule ! Mémé n'a jamais su expliquer à la petite curieuse que j'étais, où était passée cette heure disparue !          

Pour ma communion solennelle, malgré le manque des matières de base, Mémé nous régala avec des gâteaux incroyables. Elle avait fait diluer des nouilles dans l'eau pour faire de la pâte faute de

farine et j'ai dégusté les plus goûteux « petits marquis », des croquets et des petits sablés à la noix de coco.             

                                                  Image Dédette.jpg

        Ayant été une fois de plus malade, on m'envoya en convalescence à Duperré, à ma grande joie. Je fus chouchoutée, et Mémé me transmit alors son goût et son habileté pour les travaux manuels, en particulier le tricot, qui sera pour moi une activité prédominante 

      Nous nous tenions le soir, près de la cheminée, et, avec une patience infinie, elle guidait mes petits doigts. Pendant ce temps, grand-père, l'oreille collée à la T.S.F.( il était très sourd ), essayait de capter son émission préférée, les marches militaires, qu'il ouvrait à fond !

            Mon premier ouvrage fut un petit bonnet au crochet, un genre de calotte ressemblant aux coiffures des ouvriers arabes. Il leur plut, et j'eus donc à charge de confectionner quelques « chéchias » avec une laine grossièrement filée par leurs femmes. 

            

            En 1945, du fait de la fin du « blocus », Papa décida d'installer la famille à Casablanca, Maroc, pour y démarrer une succursale de La Protectrice et créer une nouvelle compagnie l'Empire Chérifien. 

 

 

 Les 3 soeurs .jpg                        Josée 7 ans .jpg
                  Promenade aux Oudaïas

 

 

 

Le déracinement fut pénible, petit logement peu confortable, qui fut ensuite remplacé par un domaine, qu'ils baptisèrent St Joseph, une grande maison, entourée de six hectares de terres de culture et d'élevage, à Aïn Es Sebaa, à 15 kms du centre ville, et surtout perte de nos amies et entrée au Lycée, immense établissement qui regroupait du primaire à la terminale, toutes les filles du Maroc en âge d'être scolarisées, il faut préciser là qu'il n'y avait pratiquement pas de musulmanes dans les classes supérieures                                          .                                                                           

 

 

 

 

 

Faute de moyens de transport, nous allions au lycée dans une carriole tirée par le cheval de l'exploitation, qui était peu habitué à cet attelage et aux voitures, c'était acrobatique !

Puis on nous acheta des bonnes grosses bicyclettes, la route était assez plate et pas très encombrée, mais le trajet était pénible.    

 

 

                                                     La Miss.jpg

 

 

Michette fut rapidement dirigée vers un collège technique qui convenait mieux à ses aptitudes artistiques, et moi mise en pension, pour ne plus perdre de temps dans ces transports sportifs et           Josée fut «  internée » au Pensionnat Jeanne d’Arc   

 

 

 

 

 

                              Image (6).jpg

 

 

                                 Au jardin, toujours le tricot à la main, et l'indispensable corbeille.

   Peu de temps après notre installation à Aïn es Sebaa, Grand-mère qui n'avait jamais vraiment pris soin de sa  santé, et était hypertendue, fit une attaque cérébrale provoquant une hémiplégie

   Elle ne pouvait plus rester chez elle, Papa alla la chercher, et elle s'installa, bien malgré elle, chez nous, ne pensant pas alors que ce serait  pour plus de dix ans.   

    ll n'existait pas à l'époque de rééducation de kinésithérapie fonctionnelle, mais Grand-mère avec une énergie farouche et une obstination chevillée au corps, essaya de récupérer sa mobilité par tous les moyens possibles, l'électrothérapie, les embryons de poulet, la cure thermale...

            C'est ainsi, qu'elle et moi, nous nous sommes engagées dans un voyage épique, été 48, prenant l'avion à Casablanca pour une escale à Marseille, puis le train jusqu'à Lamalou- les Bains.

            Elle, toute cahotante et moi, jamais sortie des jupes de ma mère, nous sommes arrivées à bon port.

            Cette station thermale, en plus des divers soins, offrait dans son petit théatre, des représentations d'opérettes, qui sont encore célèbres actuellement.

            En trois semaines, nous ne nous en sommes pas privées et avons assisté à tout le répertoire.

Les retours dans la nuit, et parfois sous l'orage, n'étaient pas tristes, Mémé étant souvent prise de

fou-rires inextinguibles

                                            .

           

 

La cure eut quelques effets salutaires, Mémé put reprendre la marche avec une canne, et surtout lire ses romans-feuilletons favoris, « Nous Deux » ou « Confidences » contant toujours des histoires de bergères et de princes., qu’elle gardait sous son matelas pour les faire lire à Josée en cachette de Maman !.

 

    Elle essaya de se remettre au tricotage, mais les rôles étaient inversés, et c’est moi qui corrigeais ses erreurs, rattrapant les mailles perdues…

            Nous avons ensuite emménagé à Casa, dans l'immeuble construit sous la direction de Papa pour la Cie d'Assurances. Là nous avions un très bel appartement, confortable, avec, de son 4° étage, une vue imprenable sur la ville.

            Mémé faisait de l'exercice en montant et descendant l'escalier, un étage tous les jours.    

 

 

 

                                                        Césarine C.I..jpg

 

         

 

       En 1949, « annus horribilis », les malheurs commencèrent avec l'accouchement douloureux d'une petite fille morte-née, chez Michette et Henri , ensuite mon échec au bac.

            Puis le 13 Août, décès de notre père dans un accident de la route, et le 31 du même mois  celui de Grand-père Metzi, resté seul à Duperré après le départ de Mémé.

            La vie de toute la famille en fut bouleversée . Maman affrontait courageusement tous les problèmes provoqués par cette catastrophe       

         J'étais alors en classe de terminale, mais ma santé m'empêcha de suivre régulièrement les cours.  Maman décida de me faire faire une cure thermale pour mes crises d'amibiase, avec une amie et sa fille Jacqueline. C'est là que je rencontrai mon futur époux, Aimé Molines, cousin de mon amie.

           

      L'année suivante, nous avons dû laisser l'appartement de fonction, et retourner à Aïn Es Sebaa. au rez-de-chaussée de la maison, le 1er étage étant loué aux exploitants de la ferme.

 

En 1950, puis 1951, naquirent chez Michette deux enfants, en premier la fille Dominique, puis, la suivant de très peu, Bernard, pratiquement des jumeaux, tout blonds et tout dodus.                                          

 

 Tendresse .jpg                            Image.D.& B.jpg

C’est avec eux que j’eus mes premières émotions de maternité

        Mémé s'occupait souvent de Domi, sa petite chérie, qu'elle gardait au jardin. En particulier à Camp-Boulhaut, où mes parents avaient acheté une jolie villa avec un petit jardin et un verger de

clémentines que nous dégustions .

 

                                                                                

       Camp-Boulhaut .jpg                           C.B Image.jpg
                                                                                                                   Y a d'la joie

 

 J’y fis moi-même un assez long séjour avec elle, toujours pour cause de maladie,

                                       Promesses .jpg

Comme j’étais fiancée,  avec Aimé Molines  Grand-mère s’attela à mon apprentissage de future maîtresse de maison.          

Les blanquettes, pot -au-feu, gratins, tartes aux pommes, flan aux œufs etc...n'eurent plus de secrets pour moi                        .

           

                                 IMG_0001.JPG

 

Un des rares ouvrages qui nous reste d’elle, les cols en dentelle très en vogue dans les années 36/40, que portait Maman, avec beaucoup d’élégance ( comme Melle Lemon, la fidèle secrétaire du célèbre détective Hercule Poirot ! )

                                                             

 

En 1952, je quittais la maison maternelle pour me marier, et j’y revins souvent avec mes marmots

                                                      Toute belle pour mon mariage en 1952

                              Image (640x460) (640x460).jpg

                                             

Maman,  Mémé et Josée,  restèrent à St-Joseph jusqu'en 1955, puis, pour permettre à Josée de poursuivre ses études supérieures dans de meilleures conditions, partirent s'installer à Cannes.              

 

                                     

              Mémé resta en Algérie, elle vint chez moi passer un mois, pendant lequel nous avons retrouvé notre complicité d'antan, puis elle rejoignit Alger où elle fut hébergée pas sa fille ainée Germaine                             

                                        CESARINE .jpg

                                                             Sa dernière photo à Alger, chez Germaine   

 

 

 

 Maman en 1956, « monta » à Paris avec Josée, travailla dans un hôtel, tenu par des cousins, puis ouvrit Sergy, un petit magasin de nouveautés.

            Mémé ayant eu de nouvelles crises, sa fille Germaine ne put continuer à assurer son assistance, et Mémé rejoignit ma mère, dans un tout petit appartement au-dessus du magasin.

            En 1958, sur le trajet d'Aix-les Bains, où j'allais faire un cure pour rhumatismes, je passais quelques jours chez Maman. L'état de Mémé s'étant considérablement détérioré, elle dut l'hospitaliser, puis la conduire dans une maison médicalisée.

                                 Et c'est là que finit sa vie le 31 Août 1958

 

Il nous restera d'elle des souvenirs inoubliables, une admiration pour son courage face aux nombreuses difficultés qu'elle sut affronter sans défaillance, l'exemple d'une vie de femme aux   multiples facettes, et la fierté de nous sentir ses héritières, fidèles à son image.                      

                             Descendantes .jpg    

                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


10/09/2014
2 Poster un commentaire